Retour au blogue

À quoi ressembleront les engins de recherche du futur?

Par

Ne serait-ce pas merveilleux si les engins de recherche nous donnaient l’impression de converser avec un expert? Cette idée, qui hier encore relevait de la science-fiction, est en train de devenir réalité.

Vous souvenez-vous de HAL, l’intelligence artificielle qui joue un premier rôle dans le célèbre film 2001 : A Space Odyssey? Ou, plus récemment, de J.A.R.V.I.S., l’application de langage développée par Tony Stark/Iron Man, qui est devenue Vision, l’un des super-héros les plus puissants de l’univers Marvel? Eh bien, les moteurs de recherche commencent à ressembler à ces modèles de AI. Imaginez un assistant omniscient avec qui vous pourriez dialoguer, et qui vous répondrait factuellement à l’aide de données concrètes, précises, et expertes. Et ce, sur n’importe quelle matière. C’est l’un des gros projets actuels de Google.

Une nouvelle approche proposée par l’équipe de recherche sur l’intelligence artificielle de Google permet d’aller au-delà des algorithmes existants et de se soustraire à la mécanique fastidieuse et gauche du Index-Récupération-Rang. Grâce à un modèle “intelligent” qui élimine les étapes redondantes du modèle actuel, la récupération et indexation des sources d’informations, la compréhension des données, leur catégorisation et leur classification ne font qu’un. Le modèle “apprend” donc de manière centralisée et intégrée, sans avoir recours à quelconque systèmes parallèles ou externes. 

L’interface au cœur de cette révolution est l’œuvre de OpenAI, dont la technologie GPT-3 représente le futur de l’AI et du langage. À elle seule, la GPT-3 est capable de générer 4.5 milliards de mots par jour, soit près de trois fois plus de contenu que tout ce que tous les humains sont capables de produire (1.8 milliards de mots) via WordPress, le CMS le plus répandu au monde. Tout ce contenu, assimilé, puis livré avec adresse? C’est effectivement une affaire d’intelligence.